Expérimenter les opposés de notre monde

Nous quittons l’Inde, fatigués du bruit et d’un quotidien brute, sans formules de politesses. Nous arrivons à Melbourne, où tout est propre, bien rangé, tranquille, silencieux et où la plupart des gens se proposent de nous aider. Voilà pour ce qui est de la vision extérieur que l’on peut avoir sur le moment.

Certains milieux de l’Inde contenaient un peu d’occident ainsi que certains milieux d’occident contiennent un peu d’Inde.

D’un coup, une évidence m’est apparu : cette domestication que nous subissons que cela soit d’une part, à cause de notre peur de mourir et, d’autre part,  par flegme, facilitée par le confort matériel ; les deux me paraissent, par conséquent basées sur notre ignorance ou l’incapacité de voir au delà de la vision matérielle, de ce que l’on nous sert sur un plateau et que l’on digère comme seul plat possible !

Voilà comment on pourrait visualiser ces deux extrêmes : l’Inde pourrait être la partie brute, sans camouflage de notre état d’esprit collectif, de notre partie planétaire, appelée tiers monde et l’Australie pourrait être notre état d’esprit collectif camouflé par les richesses matérielles, notre partie planétaire «industrialisée».

Ce qui me paraît magique c’est de goûter à cette possibilité d’adaptation que chacun de nous, en tant qu’être humain a. En d’autres thermes, pouvoir vivre dans la partie planétaire matériellement pauvre ou matériellement riche avec ou sans questionnement.

Puis, pour la première fois de ma vie, je vivais concrètement ce que j’avais lu des milliers de fois et compris intellectuellement. Cette fois cela se matérialisait et je me rendais compte que le milieu dans lequel nous vivons peut influencer certains de nos fonctionnements mais en aucun cas en être la source.
A mes yeux, l’Inde peut être bénéfique comme endroit de vie si elle nous pousse à rechercher la paix intérieure, par de nombreuses techniques proposées et accessibles à tous comme elle peut nous engloutir dans l’avidité collective.
Quant à l’Australie, ce pays pourrait être le dépassement matériel comme, au contraire, le coussin relaxant pour nous garder dans un confort abrutissant.

Si nous avons l’aptitude à comprendre les deux extrêmes, nous pourrions profiter pour apprendre encore plus de nous, dans ces milieux si différents et ainsi continuer nos voyages internes et externes …